RAPPORT D’ÉTONNEMENT CHINE

2ème partie

05/02/2018

Nous donnons la parole aux membres de notre association espritcors@ire. Ce sont les « Vigie » d’ESPRITSURCOUF.fr qui nous proposent leurs « étonnements » en visitant un pays.

Vous pouvez, vous aussi, transmettre à notre comité de rédaction votre contribution à :

contact @espritsurcouf.fr

Le comité de rédaction

Un groupe de dirigeants, d’officiers généraux, d’universitaires et de professions libérales a parcouru, en novembre 2017, la Chine de Pékin à Hongkong en passant par Xi’an, Shanghai, Canton(Guangzhou), Nankin, Chongqing, Guilin, Macao.

Voici quelques extraits de leurs rapports d’étonnement. Ils complètent ceux présentés dans le N°44 du 29 janvier dernier :

André et Réjane GALY, Chirurgien-dentiste et Médecin.

Nous en revenons avec des images contrastées et complémentaires inoubliables. Le patrimoine culturel de ce pays reste fascinant, son actualité ne l’est pas moins et son avenir nous confronte à nous européens à notre propre devenir. Leur maitrise du numérique et des technologies les plus avancées ouvrent semble-t-il un avenir expansionniste certain:<<peu importe le chat pourvu qu’il mange la souris>>.Par ailleurs l’équilibre mis en place entre système capitaliste et système communiste ne semble pas poser problème et les statuts attribués aux minorités semblent favoriser une certaine paix sociale. Cependant le décalage dont nous avons entendu parler entre les populations de la campagne et celles des villes  peut constituer un fragilité jusque-là juguler par le régime.

Pour l’Europe et la France des marchés sont à mettre en place et à consolider, tant que les Etats-Unis sont encore considérés comme première puissance mondiale. L’Allemagne ,malgré le TGV qu’ils se sont appropriés parait nous avoir devancée sur ce terrain!

Jean Paul et Liliane  AUROUSSEAU, Dirigeants d’entreprise                                         

– Les Foules : On n’est  jamais seul en Chine !  Les foules sont cadrées, ordonnées, bruyantes, pas agressives même si curieuses de nos longs nez et de nos éventuelles blondeurs.

Propreté des lieux publics : multiples poubelles et cendriers ; nombreux balayeurs attentifs et efficaces.

  • Les Jardins et l’habitat: Beaucoup d’arbres ou de plantes qui nous sont inconnus (on comprend les missionnaires  du 17ème siècle ramenant en Europe plants, fruits et graines). Les cultures sont ordonnancées comme des jardins, impeccables(du moins ce que nous en avons vu). En revanche, pas, ou plus, d’habitat traditionnel qui soit beau dans sa fonctionnalité et/ou sa décoration. On a le sentiment que les logements sont construits avec pour seul objectif de mettre à l’abri le plus grand nombre d’individus.
  • Rapport au surnaturel: Le surnaturel, le rapport aux esprits, les superstitions semblent bien vivants même si l’on affecte une certaine distance. Le culte des grands hommes reste toujours très présent : cf Yu le grand, les grands fondateurs et même… Mao.Beaucoup de ferveur dans les temples bouddhiques que nous avons visités.
  • Raffinement : Dans les décors, les dessins, l’écriture. Pas seulement dans les maisons de thé mais aussi dans le moindre paquet pour un souvenir de touriste à quelques dizaines de yuan. Les paysages construits autour des ouvrages d’art ou le long des autoroutes sont travaillés et composés avec subtilité.

Raffinement aussi de la nourriture , de la cuisine, de la présentation des plats (cf les raviolis en forme de petit cochon ou de poisson à longues nageoires…)

  • Rapport au corps :Peu d’individuation : on fait de la gymnastique collectivement ; on fait aussi ses besoins collectivement, des WC n’ont pas de porte, la pudeur est bien un construit culturel ! L’habillement s’est là aussi internationalisé et les grouillements de foules ont la même tonalité générale qu’à Madrid, New-York ou Berlin. Peut-être est-ce légèrement différent dans les campagnes où les rémanences vestimentaires sont plus fréquentes et plus durables.
  • Rapport à l’argent : Est-ce une caractéristique chinoise ou simplement une revendication (ou un rêve) de nos guides ? Nous avons trouvé un peu oppressantes les références constantes à l’argent, à la fortune, à la réussite. Ou bien est-ce là le signe que l’idéologie de Deng Xiao Ping et le capitalisme d’état sont parfaitement assimilés ?
  • Fierté : On est fier d’être chinois et surtout de l’évolution et des performances du pays, malgré quelques soupçons de critique sur certains aspects contraignants de la gestion du pays (comité de quartier, d’immeuble etc). Fierté aussi d’appartenir à une civilisation plusieurs fois millénaire que de très importantes découvertes archéologiques dans le dernier tiers du XXème siècle ont permis de mieux comprendre (ex. l’Armée enterrée .)

Bernard et Christiane JOUBERT, Ingénieur général d’armement et dirigeant d’entreprise

Un point qui montre l’emprise du parti sur le peuple : c’est celui du slogan national à long terme, auquel tout le monde doit adhérer, sur l’éradication de la pauvreté en 2050.

Par ailleurs, la duplicité de la formule : une Chine deux systèmes, qui ne trompe pas les jeunes de Macao (dont la devise est, je n’entends rien, je ne dis rien mais j’ouvre ma poche !) ni ceux de Hong Kong qui manifestaient contre le rattachement total à la Chine et au parti pendant notre séjour.

Marie Odile et Guy PEDOUSSAUD, Dirigeant d’entreprise et Architecte

Pour être partis un peu craintifs de ce que nous allions trouver ;

« tu verras, c’est sale, les chinois crachent partout, je n’ai pas aimé …..Nous sommes revenus enchantés, d’avoir vu tout à fait autre chose, cet immense pays nous a énormément surpris.

Le positif  tout d’abord :

Pour évacuer ce sujet tout d’abord la propreté des grandes villes, bien supérieures je crois à bien des villes françaises et nous avons vu bien peu de chinois cracher dans la rue, voilà c’est dit.

Ce qui nous a le plus frappés, c’est cette belle jeunesse que nous avons vue, parfaitement à l’aise et dans le coup, dans les grandes villes les filles sont globalement  bien mieux habillées que chez nous plus coquettes et n’ont apparemment pas encore cédé à la mode « grundge ». Ils sont, comme chez nous, accrochés à leur téléphone mais ils ont l’air « d’en vouloir » et nous avons ressenti une formidable énergie partout ou nous sommes passés, et, plus surprenant, autant en République Populaire de Chine  qu’à HONG KONG ou MACAO .

Nous avons vu des savoir- faire qui nous ont épatés. On s’en doutait un peu bien sûr, on connait les raffinements de leur art et de leur culture mais a force d’entendre dire » c’est moche, cheap et pas solide : c’est chinois », on finissait par oublier que le chinois et certainement le meilleur artisan du monde .  Il n’y a qu’à imaginer le nombre de techniciens, ingénieurs, spécialistes en tous genres que ce pays peut former au fil des ans pour comprendre que nous avons du souci à nous faire à tous niveaux.

Le négatif :

Ces mêmes grandes villes, si elles dégagent une formidable énergie , sont démesurément grandes et parfaitement laides mis à part bien sur leur quartiers dédiés à la Finance et les quartiers et monuments historiques. On a l’impression qu’ils ont aucune idée de ce qu’est un plan d’occupation des sols et que les villes ont grandi et les immeubles ont poussé pour répondre à une urgence ou a une nécessité sans aucune préoccupation ou projection sur la vie des usagers de ces villes gigantesques et apparemment bien inhumaines.

Ce qui nous laisse perplexes.

Au-delà ce  qui nous a plu et de ce qui ne nous a pas plu, nous sommes surtout rentrés perplexes car nous n’avons pas vu un pays communistes comme nous l’imaginions. Pourtant,  il n’y a qu’a entendre les annonces faite dans les gares par ce qui nous a paru être des garde chiourme pour comprendre que les gens sont en ordre de marche. 

Que sera la Chine dans quinze ou vingt ans ? Aura-t-elle totalement cédé aux sirènes du capitalisme et du libéralisme comme on pourrait le croire dans certains quartiers de Shangaï ou Canton ? La chine restera –t’elle un état totalitaire  ou les droits de l’homme sont bafoués (4000 exécutions capitales en 2015) sous la coupe des quelques 80 millions d’adhérents au parti communiste, si peu nombreux en regard du 1,3 milliard de chinois  et quid de ses volontés hégémonistes sur ses voisins et la mer de chine en général, et de leur attitude vis-à-vis de la Corée du Nord.

Bref  on a bien aimé les Chinois, ce pays nous a beaucoup plu mais il nous fait tout de même toujours un peu peur !

Publicités