• ACTUALITÉS INTERNATIONALES
  • LES ENJEUX DE LA DÉFENSE FRANÇAISE
  • INDUSTRIE ET ÉCONOMIE
  • GRANDS PROBLÈMES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ 

Jacques Raimond

 

  • ACTUALITÉS INTERNATIONALES :
  1. Le président Macron a fixé les priorités de l’action internationale de la France pour 2018
  2. Etats-Unis : l’ex-chef d’état-major craint une guerre nucléaire avec Pyongyang
  3. Géopolitique du maintien de la paix des Nations Unies
  • LES ENJEUX DE LA DÉFENSE FRANÇAISE :
  1. Message de vœux aux armées de Florence Parly, ministre des armées, 31 décembre 2017
  2. Le service militaire promis par M. Macron pourrait finalement prendre la forme d’un « parcours citoyen »
  3. Barkhane : visite de la directrice centrale du service de santé des armées au Tchad
  • INDUSTRIE ET ÉCONOMIE :
  1. Sous le Bitcoin, la révolution de la blockchain
  2. Quand les Chinois font main basse sur nos terres agricoles
  3. Quels risques sur les marchés financiers en 2018
  • GRANDS PROBLÈMES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ :
  1. 2018, fenêtre de tir pour l’Europe de la défense ?
  2. La crise libyenne au prisme de la réalité tribale
  3. Les Iraniens ne veulent pas de nouvelle révolution

 

ACTUALITÉS INTERNATIONALES

 

1 – Le président Macron a fixé les priorités de l’action internationale de la France pour 2018 (Opex 360, Laurent Lagneau)

Après les autorités religieuses et la presse, le président Macron a poursuivi le traditionnel « marathon » des vœux en s’adressant, le 4 janvier, au corps diplomatique. À cette occasion, il a fixé, dans les grandes lignes, les priorités de la politique international qu’il entend mener en 2018.

Bande sahélo-saharienne

Évoquant l’opération Barkhane, le président Macron a confirmé que la France resterait engagée dans le combat contre les groupes jihadistes présents dans la région car ce dernier est « indispensable ». Ce qui suppose, a-t-il dit, un « travail intense, politique et militaire pour réussir à obtenir dans les semaines […] qui viennent des victoires dont nous avons besoin face au terrorisme. » « Il nous faudra, pour cela, appliquer avec rigueur et célérité les accords d’Alger », négociés en 2015 entre les autorités maliennes et les groupes armés indépendantistes touaregs, a estimé M. Macron. Sans surprise, le président français a insisté sur la nécessité d’accélérer la « mise en place » de la Force conjointe du G5 Sahel, « indispensable relais de la force Barkhane et de la MINUSMA [Mission des Nations unies au Mali, ndlr] » pour lutter contre les groupes terroristes. « Cette lutte contre le terrorisme islamiste est à la fois une lutte armée, un combat politique et une lutte contre des réseaux » qui font « du trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains, l’un et l’autre se nourrissant mutuellement », a encore souligné M. Macron. Sur ce point, le locataire de l’Élysée a insisté sur la nécessité de couper « toutes les voies de financement » des organisations terroristes. Ce qui suppose, a-t-il dit, « d’avoir un travail extrêmement structuré avec l’ensemble de nos partenaires qui consiste à surveiller l’ensemble des plateformes de financement, d’avoir des partenariats avec les acteurs bancaires ou financiers qui permettent ces transits [d’argent]. » « Nous reculerons devant aucun effort pour faire disparaître toutes les possibilités de financement des organisations terroristes », a assuré M. Macron. Aussi, une conférence se tiendra à Paris en avril 2018 afin d’évoquer ce sujet. Ce sera « un moment important de la mobilisation des prochains mois, sur laquelle je ne cesserai moi-même de m’investir et qui mobilise plusieurs ministres du gouvernement et pour laquelle j’appelle la coopération forte de tous [les] pays », a-t-il ajouté.

Propagande terroriste

« Daesh, comme al-Qaïda, AQMI ou Boko Haram sont aussi des entreprises de propagande à l’échelle mondiale, via les réseaux [sociaux] et la lutte contre la propagation des idées terroristes sur Internet, en liaison avec les plateformes du secteur, est devenu un aspect essentiel de notre combat » contre le terrorisme, a constaté le président Macron. Cette lutte sera « intensifiée dans les mois qui viennent », aux Nations unies et dans le cadre du G7, a priori sur la base du plan d’actions franco-britannique relatif à « l’utilisation de l’Internet à des fins terroristes, dévoilé le 14 juin 2017. « Pour ma part, je pense qu’il faudra immanquablement légiférer, dans le cadre européen à coup sûr. Je souhaite que nous puissions décliner ces législations au-delà », a dit M. Macron, qui a déploré le fait que « nous avons laissé pendant des heures, parfois des jours, des contenus de propagande se diffuser sur les réseaux et atteindre les êtres les plus fragiles au sein même de nos sociétés » au nom de « principes détournés par les mêmes acteurs. »

Aide au développement

Pour lutter contre le terrorisme et, aussi, pour juguler les flux migratoires à destination de l’Europe, le président Macron a insisté sur l’importance de l’aide au développement. Afin de combattre « l’obscurantisme » et donc, l’idéologie jihadiste, il compte mettre l’accent sur l’éducation, en particulier sur celle des jeunes filles. Une « priorité absolue » selon lui. Le 2 février, une réunion sur le « Partenariat mondial pour l’éducation » se tiendra, en sa présence, au Sénégal. S’agissant des flux migratoires, le président Macron a plaidé pour une « politique de développement et de partenariat » avec les pays d’origine, en misant sur l’éducation, l’économie et la culture. Par ailleurs, les contrôles effectués dans les pays de transit, comme le Tchad et le Niger, se poursuivront. Là, il s’agit d’aider les migrants ne pouvant pas bénéficier du statut de réfugié à revenir dans leur pays d’origine. Enfin, au niveau européen, le président Macron souhaite que les 7 textes relatifs à la politique migratoire en cours de discussion et qui permettront, entre autre, d’avoir « une protection commune aux frontières » et d’harmoniser le droit d’asile soient rapidement adoptés. C’est à dire dans les six mois qui viennent.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2018/01/05/president-macron-a-fixe-priorites-de-laction-internationale-de-france-2018/

 

2 –  Etats-Unis : l’ex-chef d’état-major craint une guerre nucléaire avec Pyongyang (RTBF)

Les Etats-Unis n’ont « jamais été aussi proches » d’une guerre nucléaire avec la Corée du Nord, a déclaré dimanche l’ex-chef d’Etat-major américain Mike Mullen, pour qui le président Donald Trump a créé une atmosphère « incroyablement dangereuse« . La présidence Trump « est incroyablement déstabilisante et certainement imprévisible« , a déclaré Mike Mullen, qui est un ancien amiral et qui a été le chef d’Etat major du républicain George W. Bush et du démocrate Barack Obama, sur la chaîne ABC. « Le président a clairement choisi de déstabiliser (…) et créer une grande incertitude« , a ajouté l’ancien militaire, aujourd’hui à la retraite. « Ceux qui sont nos amis depuis de nombreuses années se posent des questions sur la fermeté de nos engagements envers eux, envers leur région et envers les qualités de leaders dont nous avons fait preuve ces sept dernières années et les institutions qui nous importent« , a-t-il poursuivi. « Et nos ennemis, ceux qui nous veulent du mal, semblent pouvoir tirer profit de cette incertitude« . « Il y a une atmosphère extrêmement dangereuse dans toute cette incertitude, sur la façon dont tout ceci va se terminer, et notamment (…) avec la Corée du Nord« , a-t-il souligné. « Nous n’avons, à mon avis, jamais été aussi proches d’une guerre nucléaire avec la Corée du Nord et dans la région« , a-t-il conclu. « Et je ne vois pas comment on pourrait résoudre tout ceci par la voie diplomatique à ce stade« .

Retrouvez l’intégralité de l’article (et la vidéo) avec ce lien :
https://www.rtbf.be/info/monde/detail_etats-unis-l-ex-chef-d-etat-major-craint-une-guerre-nucleaire-avec-pyongyang?id=9800723l

 

3 – Géopolitique du maintien de la paix des Nations Unies (Diploweb, Ronald Hatto)

Docteur en science politique de l’IEP de Paris. Ronald Hatto est enseignant de relations internationales (sécurité internationale) à Sciences-Po Paris depuis 2000 où il donne des cours spécialisés sur le maintien de la paix et les études stratégiques au premier cycle et au Master dans le cadre de la Paris School of International Affairs (PSIA). Ronald Hatto a notamment publié Le maintien de la paix : l’ONU en action, Paris, Armand Colin, 2015.


Le casque bleu est une figure des relations internationales, mais quelle est son histoire ? Ronald Hatto, met en perspective les Opérations de maintien de la paix. Il apporte des repères et une compréhension globale de cette innovation institutionnelle de l’ONU. Un texte très maitrisé auquel s’ajoutent une bibliographie sommaire et une sélection de liens.

DEPUIS la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Organisation des Nations Unies (ONU) soutenue par ses Etats membres a mis sur pied ce qu’il est dorénavant convenu d’appeler des Opérations de maintien de la paix (OMP) [1]. Les militaires déployés dans les OMP sont appelés « soldats de la paix » ou « casques bleus ». Au fil des années, les opérations de maintien de la paix multinationales sont devenues partie intégrante du fonctionnement de la société internationale. A cet égard, les chiffres sont éloquents puisque entre 1948 et 1988, l’ONU n’a organisée que treize OMP alors qu’elle en a créée 56 entre 1988 et 2014 [2]. Le maintien de la paix est un instrument multilatéral de gestion des conflits développé par les Nations Unies au cours de la deuxième partie du vingtième siècle pour maintenir ou rétablir la paix. Cet article vise à démontrer que le maintien de la paix est fortement dépendant des évolutions géopolitiques affectant l’ordre international. Pour ce faire il est structuré en trois parties chronologiques. La première examine la naissance improvisée du maintien de la paix entre 1948 et 1956, la deuxième traite de la difficile consolidation des acquis du maintien de la paix et la troisième aborde les questions entourant les évolutions de cet outil diplomatique depuis 1989.

I. Le maintien de la paix : innovation institutionnelle à l’ONU

OMP et géopolitique

Le terme « géopolitique du maintien de la paix » concerne l’impact des facteurs politiques sur les déploiements d’opérations de maintien de la paix dans certaines zones géographiques particulières et parce que le pattern de déploiement des missions reflète les équilibres entre les grandes puissances à différents moments historiques comme la Guerre froide, les années 1990 ou la période de l’après-11 septembre 2001 et la lutte contre le terrorisme. La décolonisation reste un des facteurs explicatifs de la naissance du maintien de la paix tout comme les tensions de la guerre froide. Lors de leur création, les OMP sont conçues dans le but de remplir le vide créé par la paralysie infligée au mécanisme de sécurité collective par la polarisation du système international entre l’Est communiste et l’Ouest capitaliste mais également pour gérer les conflits déclenchés par la décolonisation. A noter que deux zones géographiques sont particulièrement importantes pour comprendre l’évolution des OMP : le Moyen-Orient et l’Afrique. De plus, les premières OMP visent pratiquement toutes à gérer les conflits découlant du démantèlement de l’empire britannique. Pendant la Guerre froide entre 1947 et 1989, elles servent également à éviter une implication des deux superpuissances, Etats-Unis et Union soviétique, dans les conflits régionaux.

Le maintien de la paix : une naissance improvisée

Le maintien de la paix tel qu’il se pratique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est une pure improvisation dans la mesure où rien dans la Charte de l’ONU n’y fait référence. Cet outil de gestion des conflits est né en 1948 avec la création de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST). Cette mission, la première à voir des soldats être déployés sous commandement de l’ONU, est mise sur pied en juin 1948 afin d’aider le Médiateur à surveiller l’application de la trêve en Palestine. Il ne s’agit pourtant pas encore de « maintien de la paix » mais plutôt d’une mission d’observation. Les soldats déployés ne portent pas de casque bleu mais un simple brassard de l’ONU. Ils reçoivent toutefois une médaille, la première créée par les Nations Unies. Une deuxième mission d’observation est déployée six mois plus tard, en janvier 1949, en Asie du sud. Le Groupe d’observateurs militaires des Nations Unies dans l’Inde et le Pakistan (UNMOGIP) arrive dans la zone de la mission le 24 janvier 1949 pour surveiller le cessez-le-feu entre l´Inde et le Pakistan dans l’État de Jammu et Cachemire et il est toujours déployé au moment d’écrire ces lignes (juillet 2017). Ainsi, les prémisses du maintien de la paix sont-elles jetées dès 1948-49 malgré le silence de la Charte à son sujet. Cette naissance improvisée explique d’ailleurs l’évolution graduelle et chaotique du maintien de la paix comme instrument de gestion des conflits. 

Le Moyen-Orient : berceau des casques bleus

La véritable naissance du « maintien de la paix » a lieu en novembre 1956 lors de la crise de Suez.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.diploweb.com/Geopolitique-du-maintien-de-la-paix-des-Nations-Unies.html

 

LES ENJEUX DE LA DÉFENSE FRANÇAISE 

 

1 – Message de vœux aux armées de Florence Parly, ministre des armées, 31 décembre 2017 ( Défense, DICOD)

Officiers, sous-officiers, officiers mariniers, soldats, marins, aviateurs, gendarmes et personnels civils, je vous présente mes vœux les plus chaleureux et cordiaux pour cette nouvelle année. Que 2018 soit une année de réussite et d’accomplissement, de succès et d’épanouissement, pour vous qui avez choisi d’être au service des Français, ainsi que pour vos familles et pour ceux qui vous accompagnent et vous soutiennent dans l’accomplissement de vos missions.   A l’aube de cette nouvelle année, je suis heureuse de m’exprimer depuis l’opération Barkhane, où nos unités stationnées continuent de mener le combat contre le fléau du terrorisme d’inspiration djihadiste et contre les groupes armés qui s’en réclament. Au contact de nos soldats, je réalise les efforts produits, je mesure les sacrifices demandés et constate les victoires acquises au prix d’un professionnalisme reconnu et salué par la communauté internationale, mais aussi d’un profond dévouement qui vous vaut la haute estime de nos concitoyens. Ce sont les mêmes combats que vous avez menés avec brio au Levant au sein de la coalition internationale pour vaincre Daech, ou sur notre territoire national pour prévenir la menace terroriste. Tout en assurant les missions permanentes, de dissuasion et de sécurisation de nos espaces aériens et maritimes, vous avez également apporté une contribution importante et déterminante pour le secours aux populations notamment lors de l’épisode cyclonique aux Antilles. Je m’incline devant la mémoire de nos camarades disparus dans l’accomplissement de ces missions, au service de leurs compatriotes. J’ai une pensée particulière pour ceux qui ont été blessés et qui souffrent dans leur chair et dans leur esprit. Je remercie leurs soignants et tous ceux qui les accompagnent. Je m’associe à la peine des familles et leur adresse toute ma compassion. La solidarité est une valeur cardinale au ministère des armées et je sais que votre esprit de cohésion leur apporte un soutien inestimable dans ces difficiles épreuves. L’attention envers les familles sera pour moi une préoccupation permanente et majeure. Je veillerai à ce que le plan d’accompagnement des familles et d’amélioration des conditions de vie des militaires soit mis en œuvre au plus tôt, dès 2018, pour répondre à des attentes que je sais fortes. Il ne constitue en rien un aboutissement mais est un point de départ d’une politique tournée vers vos familles, que je souhaite ambitieuse et moderne, adaptée à vos besoins comme à l’exercice de votre métier et aux sujétions de l’état militaire. L’année 2018 qui débute ne nous offre pas moins de défis à relever. Comme la revue stratégique remise au Président de la République le 13 octobre l’a souligné, les menaces diffuses et émergentes, les nouveaux espaces de confrontation, les stratégies de puissance nous imposent de ne pas baisser la garde. Après une année 2017 où je me suis battue pour préserver l’essentiel de nos moyens budgétaires dans un contexte particulièrement difficile pour les finances publiques, l’année 2018 sera une année de remontée en puissance.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.defense.gouv.fr/salle-de-presse/tout-discours/message-de-voeux-aux-armees_31-decembre-2017

 

2 –  Le service militaire promis par M. Macron pourrait finalement prendre la forme d’un « parcours citoyen » (Zone militaire, Laurent Lagneau)

Le 18 mars 2017, lors d’un discours sur la politique de défense, Emmanuel Macron annonça son intention, s’il était élu président, d’instaurer un « service militaire universel » d’un mois, que tout jeune, fille comme garçon, serait tenu d’effectuer dans un délai de trois ans après son 18e anniversaire. « Chaque jeune Français ira ainsi à la rencontre de ses concitoyens, fera l’expérience de la mixité sociale et de la cohésion républicaine durant un mois », avait alors fait valoir M. Macron, pour qui ce service militaire universel devait permettre aussi de disposer d’un « réservoir mobilisable complémentaire de la Garde nationale », en cas de crise et de « renforcer le lien ‘armée nation’ ». Les armées n’ayant plus les infrastructures ad hoc pour accueillir 600.000 à 700.000 jeunes gens par an, M. Macron avait suggéré d’utiliser les lycées et les universités pendant les périodes de vacances scolaires. Quant au coût de ce service militaire universel, il l’avait estimé à 15/20 milliards d’euros pour sa mise en place et à 1,5/3 milliards d’euros par an en « régime de croisière ». Et ces sommes ne devaient pas être prises en charge par le budget du ministère des Armées. Au moment où M. Macron fit cette annonce, plusieurs responsables politiques, de droite comme de gauche, plaidaient aussi pour ce retour du service militaire. Une idée par ailleurs populaire au sein de l’opinion publique (à hauteur de 60 à 80%, selon les sondages). Seulement, pour les armées, l’idée d’un tel service universel ayant plus une utilité sociale que militaire, ne manquait pas de susciter quelques réserves. Réserves d’ailleurs relayées par les sénateurs Jean-Pierre Raffarin et Daniel Reiner, dans un rapport publié en juin 2017. Chargée de ce dossier, Mme le secrétaire d’État auprès de Mme le ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq parla d’instaurer non pas un « service militaire universel » mais un « service national universel ». Ce qui n’était plus tout à fait la même chose. Lors d’une audition devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, elle souligna la nécessité de trouver « l’équilibre entre, d’une part, le lien armée Nation, l’esprit de l’engagement et la possibilité importante ouverte aux jeunes de se rencontrer et, d’autre part, les moyens que nous pourrons mettre en face de ces trois objectifs. » En outre, les modalités du financement de ce service national étaient encore à définir au moment de l’audition de Mme Darrieussecq par les députés. « Nous allons devoir faire preuve d’imagination. […] Le ministre de l’Action et des comptes publics saura être imaginatif pour parvenir à abonder cette ligne », avait-elle dit. Finalement, à en croire une information donnée par franceinfo, la piste privilégiée (du moins par les députés chargés de remettre un rapport sur ce sujet) serait de mettre en place un « parcours citoyen » en lieu et place d’un service national obligatoire. Cette solution aurait l’avantage d’être peu coûteuse. Ce « parcours citoyen » commencerait ainsi dès le collège, avec une semaine par an dédiée à « la défense et à la sécurité, mais aussi aux gestes qui sauvent, aux droits et devoirs, ou à la mémoire », explique franceinfo.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2018/01/05/service-militaire-promis-m-macron-pourrait-finalement-prendre-forme-dun-parcours-citoyen/

 

3 – Barkhane : visite de la directrice centrale du service de santé des armées au Tchad (Défense, service de santé des armées)

Pour la 2e fois en 3 mois, la médecin général des armées, Maryline Gygax Généro, s’est rendue sur le théâtre d’opération Barkhane, en bande sahelo-saharienne (BSS) pour partager le quotidien du personnel chargé du soutien santé des forces armées et passer la Saint-Sylvestre en leur compagnie. Cette fois-ci, cap sur le fuseau Est à N’Djamena et Abéché pour rencontrer les équipes de soignants qui y sont déployées. Le poste médical d’Abéché (rôle 1) a pour mission prioritaire le soutien santé de la force engagée mais consacre également une partie importante de son activité à l’aide médicale à la population (AMP)  en situation d’isolement. A N’Djamena, le dispositif est plus conséquent. On y trouve une structure chirurgicale (rôle 2), une unité de distribution des produits de santé (UDPS) et un cabinet dentaire. La directrice centrale a ainsi pu échanger directement avec le personnel soignant afin d’obtenir de précieux renseignements de terrain.  La vocation opérationnelle du service de santé des armées nécessite effectivement que les acteurs déployés puissent témoigner de leur quotidien et proposer continuellement des pistes d’amélioration pour conserver l’excellence des capacités opérationnelles de cet appui indispensable aux forces armées. « En ce 31 décembre, il me tenait à cœur d’être auprès du personnel du service de santé en mission » confie la médecin général des armées Gygax Généro au détachement. Cette soirée de la Saint-Sylvestre a été marquée par la prise en charge de huit blessés tchadiens après leur transfert de Faya Largeau vers Ndjamena par voie aérienne. Une première nuit 2018 agitée pour les soignants qui ont œuvré avec professionnalisme. La directrice centrale était à leurs côtés et n’a pas caché sa fierté au regard de leur action et de leur engagement.

 

INDUSTRIE ET ÉCONOMIE 

 

1 – Sous le Bitcoin, la révolution de la blockchain (Causeur, Sami Biasoni)

 Si toutes les crises ont des vertus, celle des subprimes de 2008 a eu le mérite de mettre au jour certaines zones de vulnérabilité du système économique mondial, au rang desquelles les liens d’interdépendances forts qui liaient les principales institutions financières publiques et privées. Or, de la nature même de ces intrications complexes dépend en grande partie la confiance sur laquelle repose l’ensemble dudit système. C’est sur la base de ce constat de carence qu’un dénommé Satoshi Nakamoto (il s’agit d’un pseudonyme qui n’a pas été trahi jusque-là) décida de créer une monnaie dont les flux seraient transparents, la gestion décentralisée et les règles de fonctionnement exclusivement algorithmiques. Le Bitcoin était né.

 82 millions d’euros la pizza

 L’une des premières transactions réalisées avec cette devise fut l’achat de deux pizzas, en 2010, par un développeur floridien pour la modique somme de 10000 bitcoins, soit plus de 82 millions d’euros par pizza au cours actuel (base de conversion 1 Ƀ = 16500 €) ! Les médias, les opérateurs de marchés, les régulateurs et le grand public ont rapidement pris la mesure de la révolution qui s’est opérée, propulsant la valeur de la cryptodevise à des sommets impensables il y a quelques années encore. Bien qu’il soit difficile de n’y déceler les traces d’un engouement spéculatif, tant la volatilité des cours est grande et les comportements opportunistes de beaucoup d’investisseurs évidents, il convient d’accorder aux événements toute l’attention qu’ils méritent. Mais ce qui se joue dépasse largement le cadre les fluctuations de quelques devises numériques, aussi exposées soient-elles. C’est dans le modèle de blockchain (« chaîne de blocs »), dont le Bitcoin n’est qu’un épiphénomène, que sourd un changement de paradigme fondamental touchant à ce qu’il y a de plus humain dans la science économique : les modalités de l’échange elles-mêmes.

 Des conditions de l’e-change

 Plus précisément, c’est du transfert de propriété qu’il s’agit. Jusqu’à l’avènement de la blockchain, deux possibilités s’offraient à quiconque désirait échanger un contenu numérique via Internet : opérer via un tiers de confiance garantissant une cession effective de propriété (banques pour les transferts monétaires, plateformes de vente en ligne pour l’acquisition de produits culturels dématérialisés, etc.), ou procéder de « pair à pair » (peer-to-peer – courriels, protocoles ftp, etc.) avec partage du contenu. Dans ce dernier cas, la propriété n’est pas cédée, l’information est simplement dupliquée et échangée, comme dans le cas trivial d’une pièce jointe envoyée par messagerie électronique. Ce que permet la technologie blockchain, c’est de réaliser un transfert réel de propriété de quelque valeur numérique que ce soit, sans intermédiaire, et en garantissant simultanément l’anonymat des parties et la totale transparence de leurs transactions. Concrètement, il faut imaginer l’infrastructure blockchain comme un immense registre électronique public détenu et maintenu par l’ensemble des acteurs du réseau. Chaque transaction y est inscrite, spécifiant son expéditeur et son récipiendaire (tous deux anonymisés), sa quantité et sa valeur cédée ; cette information dûment horodatée est consignée auprès de tous les participants, sur chacune de leurs machines. Lorsqu’un certain volume de transactions est atteint, un « bloc » de données est créé et certifié cryptographiquement afin de garantir sa pérennité, comme on apposerait un sceau d’authenticité au bas de chaque page d’un registre physique.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.causeur.fr/blockchain-bitcoin-economie-valeur-echanges-148839

 

2 – Quand les Chinois font main basse sur nos terres agricoles (Valeurs actuelles, Maud Fontenoy)

Et voilà que l’empire du Milieu s’accapare nos terres ! Après l’acquisition il y a deux ans de 1700 hectares de blé, orge et colza dans l’Indre, des investisseurs chinois spécialisés dans les équipements pétroliers ont aujourd’hui acquis plus de 900 hectares de terres agricoles principalement cultivées en blé et en maïs dans l’Allier. On peut donc se demander pourquoi la Chine vient-elle ainsi grignoter petit à petit nos terres ? Il faut se rendre à l’évidence : avec plus de 20 % de la population mondiale sur un territoire qui ne compte que 8% du total des terres cultivables du monde, le géant asiatique a besoin de s’approvisionner à l’étranger (50 000 hectares de terres africaines leur appartiennent déjà) et, si possible, avec des produits de qualité. Or en Chine, les aliments français ont la cote. La mainmise des Chinois sur nos terres divise le monde rural qui s’inquiète qu’un jour l’ensemble des récoltes parte directement en Asie. Depuis quelques années, on a déjà constaté l’intérêt grandissant des riches investisseurs chinois pour nos grands vins français, à commencer par les châteaux du Bordelais dont plus d’une centaine leur ont été vendus. Cette nouvelle acquisition de terre fait grincer des dents chez les professionnels. En principe, les achats de terres agricoles sont réservés en priorité aux agriculteurs qui en ont le plus besoin. Mais avec la crise agricole, ils n’en ont pas toujours les moyens. La tendance est même à la vente, histoire de se désendetter. C’est ainsi que les mandataires des acheteurs chinois viennent aujourd’hui voir des paysans en grande difficulté et leur proposent un moyen efficace de se désendetter : céder jusqu’à 98% de leurs parts. Il suffit en effet de vendre 100% de la société moins une part pour que l’opération ne puisse pas être contestée par la « police des terres agricoles », la SAFER, chargée de veiller au grain lors des ventes d’exploitations. Un autre problème est évidement le prix du rachat de ces terres. Les chinois rachètent à plus de 3 fois le prix classique. Une belle plus-value pour nos agriculteurs en difficulté, certes, mais sans aucun doute un marché qui par la même se déséquilibre et une concurrence déloyale envers nos jeunes agriculteurs qui cherchent à s’installer et qui n’auront en aucun cas les moyens de s’aligner sur ces prix. Enfin, nombreux s’interrogent à raison sur les conséquences sur notre souveraineté alimentaire, dans la mesure où l’on ne peut pas avoir de doute sur le fait que les produits de ces terres sont destinés à la Chine, privant ainsi notre pays de l’une de ses grandes richesses. Ne serait-il donc pas grand temps de modifier la législation pour contrôler d’avantage le développement de cette pratique qui peut devenir une menace pour notre autonomie alimentaire ? Ne restons pas inactif devant le signal d’alarme que tirent nos paysans en détresse !?

 

3 – Quels risques sur les marchés financiers en 2018 (Le nouvel économiste, Bertrand Jacouillat)

S’ils existent, ils sont limités/SIPA

Pour évoquer les risques qui pèsent sur les marchés financiers en 2018, il convient d’épouser la vision du docteur Knock, à qui Jules Romains faisait dire dans le ‘Triomphe de la Médecine’ que toute personne bien portante est un malade qui s’ignore. Il en va de même des marchés financiers, qui bénéficient à l’orée de la nouvelle année d’un alignement des astres presque parfait. D’abord sur le plan strictement économique, l’année 2017 se termine mieux qu’elle n’avait commencé, surtout en ce qui concerne la situation en Europe et mieux que le laissaient entendre les prévisions des différents instituts de conjoncture en début d’année. Et sur la lancée de 2017, 2018 se présente sous les meilleurs auspices. La croissance économique mondiale devrait être à la fois très soutenue – autour de 5 % – et bien répartie dans toutes les grandes régions du monde. Cette dynamique est particulièrement bienvenue en Europe, dont la croissance aura été supérieure à 4 % en 2017. Elle est portée principalement par la France, l’Italie et le reste de l’Europe du Sud, et la croissance de ces pays pourrait dépasser 2,5 % en 2018.

Tous les marqueurs au vert

Les marqueurs économiques sont au vert. Les PMI manufacturières sont au plus haut et la demande des ménages est également bien orientée, avec un très net retour de la confiance avec la diffusion de l’effet Macron en France et en Europe. Les marchés financiers ont certes largement tenu compte de cette situation. Exprimées en dollar, les performances de tous les indices boursiers ont été, à l’exception de la Russie et de la Grande-Bretagne, très nettement positives en 2017 : 25,8 % dans la zone euro, 24,1% au Japon, 31.1 % pour le MSCI des pays émergents, et 20,2 % aux États-Unis. De fait, les commentateurs s’inquiètent des niveaux de valorisation atteints par les marchés boursiers dans le monde. Les États-Unis ont entamé le 102e mois de cycle haussier de leur économie et de leur marché d’actions, et tout laisse à penser qu’ils pourraient établir un nouveau record et délivrer en fin d’année prochaine le cycle économique et financier le plus long de leur histoire. Selon les indicateurs d’Associés en Finance, les marchés d’actions de la zone euro sont à l’équilibre. La prime de marché donnée par TRIVAL, c’est-à-dire le différentiel de rentabilité auquel on peut s’attendre entre actions et obligations, est à sa moyenne historique de 6 %. Elle ne donne pas de signal clair, ni dans un sens, ni dans l’autre, et ne représente pas le signal de l’existence d’une bulle. Les taux d’intérêt, encore déprimés malgré leur légère remontée récente, rendent les actions particulièrement attractives, comme le suggère la prime de marché relative très élevée, c’est-à-dire le ratio de la prime de marché absolue au taux du Bund (près de 2000 % !). D’autant que ces évolutions ont lieu dans un environnement très serein, comme le suggèrent les différents indicateurs de volatilité des marchés, et notamment le fameux indice VIX de la peur. La volatilité des marchés n’a jamais été aussi basse aux États-Unis depuis les années 1960, et les années 1970 en Europe. Bientôt la correction ?

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.lenouveleconomiste.fr/risques-marches-financiers-2018-62124/

 

GRANDS PROBLÈMES DE DÉFENSE 

ET DE SÉCURITÉ

 

1 – 2018, fenêtre de tir pour l’Europe de la défense ? (Le Monde diplomatique, Philippe Leymarie)

Contre toute attente, « l’Europe de la défense » bouge encore. Les foucades du président américain, la relance de la course mondiale aux armements, la vague terroriste, les contraintes budgétaires, l’européisme d’Emmanuel Macron : voilà les conditions de ce que la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini qualifie de « moment historique », et qui est en tout cas une fenêtre de tir inespérée pour ceux qui ne se résignaient pas à entériner l’acte de décès de la « Politique de sécurité et de défense commune »…

Le signe le plus spectaculaire est la relance de la vieille idée des « coopérations structurées permanentes » — une modalité incluse dans le traité européen de Lisbonne de 2009 (1), mais restée lettre morte… jusqu’au 13 novembre dernier : lors d’un conseil des affaires étrangères à Bruxelles, 23 des 28 États de l’Union, dont la France (2) se sont engagés sur une vingtaine de programmes d’armement communs, répartis entre pays-membres sur un mode volontaire, avec chaque fois un pays-leader, des pays participants, et des pays se voulant simplement observateurs.

  • le soutien médical,avec le projet de création d’un commandement européen permettant d’assister les personnels en opération — programme sous direction allemande, avec la participation de l’Italie, de l’Espagne, des Pays-Bas, Roumanie, Suède, Slovaquie (et en observateurs, de la Bulgarie, la république tchèque, la France, la Hongrie, Lituanie, Luxembourg) ;
  • les liaisons radio, autour de la mise au point d’un système de communications militaire sécurisé entre forces de l’UE, sur une variété de plate-formes (direction française, avec six pays participants) ;
    •un hub logistique, en soutien des missions et opérations, qui regroupe sous coordination allemande une douzaine de pays : il s’agit de mettre en réseau les pôles logistiques nationaux, d’optimiser le stockage et le transport, etc ;
  • la mobilité militaire, pour faciliter les mouvements trans-frontières des armées européennes, projet qui intéresse — outre les Pays-Bas, leaders — vingt-deux pays (la France n’étant, curieusement, qu’observateur ) ;
  • l’énergie en opération, qu’il s’agisse de l’approvisionnement des casernements, ou du combattant individuel en campagne, sous leadership français, avec la Belgique, l’Espagne, l’Italie ;
    •le commandement et contrôle, pour une meilleure planification et conduite des missions et opérations, avec des outils d’aide à la décision, l’intégration des systèmes d’information, etc. (sous direction espagnole, avec l’Allemagne, l’Italie et le Portugal) ; 
  • la formation, avec la création d’un « centre d’excellence » pour les missions européennes EUTM (European Union Training Mission), pour améliorer la disponibilité et l’interopérabilité de personnels spécialisés dans la formation, l’entraînement, etc. (une douzaine de participants, sous coordination allemande) ou encore la mise en place d’un centre européen de certification des armées européennes, pour normaliser les procédures d’entraînement et les scénarios de simulation (sous direction italienne) ;
  • la marine, avec les essais de drones sous-marins détecteurs et destructeurs de mines (Belgique), un système autonome de protection et surveillance des ports (Italie), la diffusion en temps réel aux États-membres des données en provenance des plate-formes maritimes et aériennes (Grèce) ;
  • le cyber, avec la création d’une plate-forme de partage d’informations sur les menaces cybernétiques, les attaques, les pare-feux, ou les mesures plus actives (Grèce, avec 7 pays participants, et 6 observateurs) ; ou la formation d’équipes de réaction rapide face aux attaques informatiques (Lituanie) ;
  • le terrestre, avec la mise au point d’un quartier génétal mobile de soutien en cas de catastrophe (Italie), la construction de prototypes de véhicules blindés d’infanterie (Italie) ou d’une plate-forme d’artillerie mobile de précision (Slovaquie) ; et surtout la création d’un noyau opérationnel de réponse aux crises (Crisis Response Operation Core ou CROC) , « ensemble cohérent de forces à spectre complet », pour raccourcir les temps de réaction, de génération de force, etc. (sous direction allemande, avec notamment France, Espagne, Italie).

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://blog.mondediplo.net/2017-12-29-2018-fenetre-de-tir-pour-l-Europe-de-la-defense

 

2 – La crise libyenne au prisme de la réalité tribale (Portail de l’IE, Nicolas Quintin)

 « Il y a des passés qui n’en finissent pas de passer » dénonçait Max Mathiasin (député apparenté au MoDem), le 21 novembre 2017 à l’Assemblé Nationale, en faisant référence à l’esclavage en cours en Libye. La déclaration de ce descendant d’esclave se veut déclencheur d’une prise de conscience à propos de la situation humanitaire en Libye et de l’avenir de ce pays brisé. Le conflit libyen est un parangon de complexité géopolitique où la communauté internationale se déchire autour des figures médiatiques de l’Ouest et de l’Est du pays : entre Fayez al-Sarraj, le Premier Ministre du Gouvernement d’Entente Nationale (GEN), et le Maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée Nationale Libyenne (ANL). Le 25 juillet 2017, Emmanuel Macron avait convié ces deux protagonistes à la Celle-Saint-Cloud dans l’espoir de trouver une issue favorable à la crise en réaffirmant les accords de Skhirat de 2015. Or, quatre mois plus tard, on n’observe aucune avancée significative à l’horizon : la Libye demeure le théâtre de l’esclavage moderne. A ce titre, la complexité libyenne ne se limite pas à la dualité des chefs de file Sarraj et Haftar. En effet, elle met aux prises des leaders politiques et militaires, des terroristes de l’Etat Islamique en Libye (EIL) et des figures salafistes, des villes puissantes comme Zintan et Misrata, des réseaux criminels transnationaux et des tribus. Parmi cette myriade d’acteurs, la tribu occupe une place prépondérante dans le tissu social libyen. Cette instance sociale est souvent perçue comme un élément exotique, fantasmée par l’œil occidental. Ainsi, pour écarter ce travers, il est nécessaire de rappeler que la clé de la crise libyenne n’est pas exclusivement dans la compréhension de la dimension tribale du pays. Néanmoins, ignorer cette base sociale fondamentale, c’est manquer une partie de la complexité de la question libyenne. En effet, en Libye, environ 90 % du total de la population relève de ces groupes sociaux. Cette majorité est répartie au sein d’une centaine de tribus différentes dont seule une trentaine possède un poids social et politique significatif. Outre l’importance démographique de la tribu, il convient de préciser que le système mis en place par le colonel Kadhafi a réifié l’identité tribale en réalité sociale, à partir de laquelle les Libyens se réfèrent dans leur rapport au monde. Cette double dynamique détermine l’instance tribale comme un élément non-négligeable de compréhension de la complexité évoquée.

Le cœur économique de la Libye en terre tribale, chronique d’une énième guerre du pétrole

Avec un stock avoisinant les 41,5 milliards de barils, la Libye est le pays africain qui possède les plus grandes réserves de pétrole. Ce capital énergétique colossal est extrêmement concentré, puisque 80% des réserves de pétrole et 70% des réserves de gaz sont réunies dans le bassin de Syrte, à cheval sur l’Est de la Tripolitaine et le Nord-Ouest de la Cyrénaïque. Cette réalité géographique fait de cette région, appelée « croissant pétrolier libyen », un enjeu stratégique pour les belligérants qui souhaitent présider aux destinées du pays. La région est donc le théâtre d’affrontements répétés depuis 2011. Géographiquement, le bassin coïncide avec le territoire de tribus puissantes de Cyrénaïque comme Magharba et Awaqir. Jusqu’à il y a peu, les tribus avaient trouvé dans la personne d’Ibrahim Jadhran de la tribu Magharba, un défenseur apprécié des réserves et des installations pétrolières sur leur territoire. Or, en 2013, une instabilité s’installe dans la région. Ibrahim Jadhran, l’ancien chef de la milice responsable de la garde des installations pétrolières, défia le gouvernement intérimaire de Tripoli, en juillet 2013. Il l’accusait de corruption et d’une mauvaise répartition des ressources de la région. Grâce à ses capacités matérielles et humaines considérables ainsi qu’à la confiance des populations tribales, le rapport de force a tourné en faveur du chef tribal. Jadhran disposait en effet de 10 000 hommes pour bloquer les installations pétrolières et de gaz de Ras Lanouf, Brega, al-Sider et Zuitena et était soutenu notamment par les tribus Magharba et Awaqir. L’importance de la tribu dans l’équation libyenne est ici révélée puisqu’un seul chef tribal contrôlait alors près de 80% des réserves de pétrole de la première puissance énergétique d’Afrique. Jadhran n’a pour autant pas pu rivaliser avec l’homme fort de l’Est du pays, le Maréchal Khalifa Haftar. Ce dernier, déjà soutenu par les membres de la tribu Zouaï, venue de Koufra, et celle d’Obeidat, venue des régions de Tobrouk, Dernaa et Al-Baïda, a conclu des alliances avec les tribus qui soutenaient Jadhran pour le renverser en 2016. Jadhran, sentant la convoitise du Maréchal et donc de l’Armée Nationale Libyenne s’amplifier, s’était rapproché du Gouvernement d’Entente Nationale. Pourtant, ce rapprochement n’a pas empêché l’opération « surprise foudroyante » de réussir, le 11 septembre. Le soutien de Sarraj, le Premier Ministre du GEN, à Jadhran n’a été d’aucun secours face à la force d’Haftar et au soutien des tribus du bassin. Néanmoins, la donne a encore changé le 3 mars 2017, lorsque Haftar a perdu le croissant pétrolier conséquemment aux attaques des Brigades de Défense de Benghazi (BDB).

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://portail-ie.fr/analysis/1692/la-crise-libyenne-au-prisme-de-la-realite-tribale-12

et pour la deuxième partie :
https://portail-ie.fr/analysis/1693/la-crise-libyenne-au-prisme-de-la-realite-tribale-22

 

3 – Les Iraniens ne veulent pas de nouvelle révolution (Causeur, Daoud Boughezala)

Entretien avec l’iraniste Jean-Pierre Digard

Daoud Boughezala. Depuis quelques jours, des manifestations anti-gouvernementales agitent plusieurs villes iraniennes. Que sait-on de cette vague de contestation ?

Jean-Pierre Digard1Le fait que la contestation soit partie de Mashhad, au nord-est du pays, me fait émettre une hypothèse : le mouvement a peut-être été initié par Raissi, l’un des concurrents malheureux de Rohani à la présidentielle, qui reste son principal rival pour la succession du guide Khamenei. Ce dernier commence à vieillir et pourrait donc laisser la place à relativement brève échéance.

Raissi représente l’aile dure du régime islamique. Les manifestations ne sont donc pas le fait de la jeunesse occidentalisée en quête de liberté symbolisée par cette Iranienne retirant son voile ?

Cette dernière ne représente qu’une frange très minoritaire de la jeunesse. Le mouvement d’opposition se révèle très disparate. A Mashhad, les premiers mots d’ordre des manifestations étaient : « « A bas Rohani » (« Marg bar Rohâni ») puis, à mesure que le mouvement s’est déplacé vers le centre-ouest de l’Iran, son slogan a évolué en « A bas la dictature ! » (Marg bar diktâtor). La contestation a touché des villes moyennes comme Najafâbâd, Dorud ou Kermânshâh, à l’intérieur de régions périphériques qui restent à l’écart des grands bassins économiques du pays (Téhéran, Ispahan, Chiraz) et ont été éprouvées par le tremblement de terre de novembre 2017.

Il existe une frustration très forte que paie le président Rohâni sans en être le responsable.

Outre la résolution de ces problèmes urgents, quelles sont les revendications des manifestants ?

Si les Iraniens ont de nombreuses raisons de se plaindre, il est difficile de saisir la diversité des revendications. Evidemment, il existe une frustration très forte que paie le président Rohâni sans en être le responsable. Quand l’accord nucléaire de 2015 a été signé, un espoir très fort est né : les sanctions levées, les investisseurs étrangers, notamment les banques, étaient censés revenir en Iran. Et voilà que ce malfaisant de Trump, qui ne rate aucune occasion de jeter de l’huile sur le feu, dénonce l’accord nucléaire comme le plus mauvais texte jamais signé par les Etats-Unis. Du coup, les investisseurs potentiels craignent de subir des sanctions américaines s’ils se précipitent trop vite en Iran. Il en résulte une immense déception qui fait stagner le chômage des jeunes à 28% de la population active, bien que la situation économique se soit par ailleurs améliorée dans de nombreux domaines. Rohâni a par exemple ramené l’inflation de 40% à 10%.

 Il s’agit d’une révolte, pas d’une révolution !

La grogne populaire aura-t-elle la peau de la République islamique ?

Non, le cœur de la revendication ne porte pas sur un changement de régime. D’ailleurs, par quel régime le remplacer ? L’immense majorité des Iraniens ne veulent pas entendre parler du retour du fils du Shah mais souhaite simplement une amélioration du régime actuel. Ayant été durablement fatigués par la Révolution islamique de 1978-1979 puis par les dix ans de guerre contre l’Irak, ils ne veulent pas de nouvelle révolution. En revanche, une revendication revient beaucoup : « Rohani, au lieu de t’intéresser à la Syrie, au Liban ou au Yémen, occupe-toi un peu plus à nous ! »  Par ailleurs, contrairement au « mouvement vert » de 2009, l’actuel mouvement n’a ni dirigeants, ni programme fédérateurs. Ainsi, je ne suis pas du tout d’accord avec ce qu’a écrit mon collègue Stéphane Dudoignon dans Le Monde : il s’agit d’une révolte, pas d’une révolution ! Une révolution nécessite un corpus idéologique, des leaders et un projet.

Il ne faut jamais oublier la force du nationalisme iranien.

Comment s’est positionnée la classe des religieux qui constitue l’une des forces vives de la République islamique ?

Les clercs sont divisés. Certains considèrent que le régime actuel politise l’islam à outrance et ils sentent bien que les difficultés actuelles de la République islamique menace le chiisme dans son ensemble. Car si d’aventure la République islamique s’effondrait, le chiisme prendrait du plomb dans l’aile. Mais je ne crois pas que la République islamique va tomber – sauf intervention extérieure massive. Et encore, comme on l’a vu avec la guerre contre l’Irak qui avait renforcé Khomeyni, toute agression extérieure ressoude la nation autour du pouvoir. Il ne faut jamais oublier la force du nationalisme iranien.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.causeur.fr/iran-revolution-manifestation-iraniens-rohani-148843

Publicités